Goliarda Sapienza, véritable Punk avant l’heure

L’Art de la joie Roman étranger – Traduit de l’italien Eds Le Tripode – 800 pages ISBN : 9782370551023 – Parution: 27 octobre 2016   L’art de la joie est une manière d’être au monde. Accepter l’existence telle qu’elle est par un lâcher-prise constant, ce que d’aucuns nomment actuellement l’esprit d’enfance. Rester serein quelles que soient les tempêtes auxquelles l’on s’affronte.[…]

Lire la suite →

La vie magnifique de Frank Dragon, Stéphane Arfi

« Pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre. » Ainsi pourrait se résumer le premier roman de Stéphane Arfi, La vie magnifique de Frank Dragon. Une vie ordinaire, parce que celle d’un enfant juif, pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale, des rafles et des dénonciations. Une vie extraordinaire parce que immergée dans l’imagination lyrique et visionnaire du jeune[…]

Lire la suite →

Les sommets du monde, Pierre Mari

L’Histoire ne retient de la réalité de n’importe quelle guerre que des statistiques funèbres, des dates commémoratives, la bâtardise de ses interprétations justificatrices et les polémiques verbeuses, telle celle allumée récemment par les propos opportunément électoralistes d’Emmanuel Macron au sujet de l’Algérie. Qu’on l’admette ou non, toutes les guerres furent et sont colonialistes et elles sont toutes porteuses de crimes[…]

Lire la suite →

Complot à Paris, Christian Lestavel

Editeur: les indés (25 décembre 2016) – 242 pages ISBN-10: 2375480260 « Sommes-nous tout juste bons à reproduire incessamment les mêmes erreurs, comme le font à chaque saison ces milliards de bestioles ? (l’auteur évoque les milliers de fourmis volantes qui viennent s’immoler sur l’ampoule brûlante d’un réverbère) Où sommes-nous la seule erreur de cette même nature qui finira par regretter de[…]

Lire la suite →

L’île bleue, Jean Raspail

Ce n’est pas un grand livre, mais ce n’est pas non plus un mauvais livre. Juste une valeur sûre. Du Jean Raspail. Bien torché. Pas un style qui dépote, non. Plutôt pépère, plutôt propret. Rien qui dépasse, mais rien qui retient non plus. Lisse comme l’histoire et ses protagonistes. La France pétainiste de juin 1940, celle du pouvoir qui se[…]

Lire la suite →

Nos âmes la nuit, Kent Haruf

Nos âmes la nuit, de Kent Haruf… Traduit par Anouk Neuhoff Robert Laffont, Septembre 2016 Elle s’appelle Addie, il s’appelle Louis. Mais, elle pourrait parfaitement s’appeler Renée et lui, Hubert. Depuis des années, « ça ne date pas d’hier », tous deux vivent dans la même ville, dans le même quartier, « à un pâté de maison l’un de l’autre », chacun chez soi,[…]

Lire la suite →

A l’est de Damas, au bout du monde, de Majd al-Dik

A l’est de Damas, au bout du monde – Témoignage d’un révolutionnaire Syrien… Bouleversant, troublant, dérangeant… Les qualificatifs élogieux pleuvent autour de ce livre écrit par Majd al-Dik, activiste pacifiste syrien. Ce n’est pas vraiment ce que j’ai ressenti. Je n’ai pas eu les tripes retournées d’émotion. Ce livre m’a plutôt mise en colère. Dire que l’on est profondément perturbé[…]

Lire la suite →

Sinzo Aanza, interview

Bonjour Sinzo, quelques mots de présentation Mes parents m’ont appelé Claus Sinzomene Luhindi Kavinywa Ngaghenda Ya Banda. Je suis né et j’ai grandi dans une petite ville de l’Est du Congo qui s’appelle Goma, mais ma famille venait d’un peu plus au Nord où se trouvent les villes de Beni et de Butembo, cela fait que mon enfance a été[…]

Lire la suite →

Généalogie d’une banalité, Sinzo Aanza

« L’homme n’est pas étanche, il est d’une porosité inévitable, sournoise mais inévitable.» Sinzo Aanza   « Le véritable salaire de la désobéissance civique arrive. Ne fermez pas votre radio, ne changez pas de chaîne, car l’histoire va s’écrire sous vos oreilles ce soir… » La clef de Généalogie d’une banalité de Sinzo Aanza est dans cette phrase. Mais avant, il faut faire[…]

Lire la suite →