Lettre posthume imaginaire de Fernand Iveton

Ou « Le soleil oublie parfois de donner le change » « Quand la Justice s’est montrée indigne, la littérature peut demander réparation », peut-on lire sur le quatrième de couverture (Actes Sud) de Nos frères blessés, titre de l’ouvrage que Joseph Andras a magistralement consacré à ma vie et à toutes ces années que la France m’a volé, celles avec mon amour, Hélène,[…]

Lire la suite →

Serge Bilé un voyage dans le temps et l’espace

C’est un voyage dans le temps et l’espace, dans une « négritude » écrivit Aimé Césaire « qui n’est pas taie d’eau morte » mais « plonge dans la chair rouge du sol et troue l’accablement opaque de sa droite patience.», auquel nous convie l’écrivain et journaliste franco-ivoirien Serge Bilé dans ses trois livres, entre récit historique et narration romancée, Esclave et bourreau, Noirs dans[…]

Lire la suite →

Soumission, Michel Houellebecq

Soumission… Un mot qui sonne le glas. Un mot sans d’autre promesse que la mise en berne des êtres quels qu’ils soient. Un mot comme un deuil, violent ou silencieux. Un mot que mâchouille jusqu’à satiété Michel Houellebecq dans son dernier livre sur lequel tout le monde a quelque chose à dire, souvent sans même l’avoir lu. Car aujourd’hui existent[…]

Lire la suite →

Sorj Chalandon… Tout le monde ment, même les fantômes

Longtemps, il n’a été pour moi que Le Viking. A cause de son prénom, Sorj, qui résonnait slave. J’ignorais son nom. Il était celui qui écrivait dans Libé une chronique intitulée Après coup. J’en aimais le trait qui me rappelait la plume de Pierre Viansson-Ponté et son idée décalée. Ecrire sur la télé. Cela faisait crier à l’imposture les intellectuels[…]

Lire la suite →

Dyspepsie littéraire

Je reviens vers mes moutons. Je les compte, les recompte, mais il en manque toujours. Je ne sais pas comment ils font pour me tromper. Je les vois, ils s’agitent, gesticulent, s’invectivent, se bousculent pour faire la une de mes jours ou de mes nuits. Ils s’avancent grandiloquents ou miséreux, la consonne haute ou la voyelle basse, taiseux ou forts[…]

Lire la suite →

Sous la plage, les pavés… Fred Vargas

Cette photo de Une fait référence à un texte de Fred Vargas, Au bord du gouffre, écrit en 2009.   Il y a ceux qui aiment, qui idolâtrent Fred Vargas. Explosés d’admiration béate, ils attendent ses écrits avec la même ferveur qui en clouent d’autres des heures durant sur la place Saint-Pierre dans l’espoir que surgisse de la fenêtre pontificale,[…]

Lire la suite →

Je meurs d’être anonyme…

Au moment de commencer cette lettre, je me rends compte que je ne sais comment vous appeler, Yasmina ou Mohamed ? Nous nous sommes rencontrés un soir, une des ces nuits où mon silence s’ouvrait à vos confidences. L’aube me trouva avec le mot fin signant votre autobiographie. Je venais de lire L’Ecrivain. Écrivant moi-même quoique sans notoriété aucune, le titre[…]

Lire la suite →

Lève la tête, sois un Rom… Matéo Maximoff (III)

Sélection de photographies de Dusko Miljanic présentées dans le cadre de l’exposition Barvale, 32 portraits en couleur de Roms, dont deux enfants, qui ont réussi leur vie. Dusko Miljanic a photographié des musiciens, des chefs cuisiniers, des sportifs célèbres, des politiciens, des acteurs, des hommes d’affaires et d’autres personnes encore.   Matéo Maximoff fut l’un des premiers écrivains Rom en[…]

Lire la suite →

Chez nous, les Roms… – Matéo Maximoff II

En rappel, le premier volet de cette chronique I. –  Casse-toi, pov’Rom Les gens du voyage… Expression sibylline validée par décret en 1972 et qui désigne tous ceux qui s’adonnent à une activité économique ambulante. Autrefois, cette appellation contrôlée concernait les colporteurs, les saltimbanques, les mercenaires, les travailleurs saisonniers, voire même les pèlerins. Aujourd’hui, elle désigne globalement d’une manière plus[…]

Lire la suite →

Matéo Maximoff, Fils du Vent et du Verbe… (I)

Matéo Maximoff fut l’un des premiers écrivains Rom en langue française. Je l’ai découvert par hasard en faisant des recherches sur la littérature tsigane. Difficile aujourd’hui de trouver ses livres ! Aussi, je tiens à remercier sa fille, Nouka, sans l’aide de qui cette chronique, constituée de trois volets, ne serait restée qu’une idée… I . – Casse toi, pov’Rom : publié le[…]

Lire la suite →