Nuruddin Farah… le miroir brisé de la Somalie

Nous n’avons souvent de la Somalie que la vision effarée et indifférente de sécheresses et de famines inévitables, de corps efflanqués vêtus de regards désemparés ou suppliants et de la mort qui en recueille les derniers râles silencieux tandis que la communauté internationale, une fois de plus, s’en émeut et se mobilise. Nous n’en connaissons que la rumeur violente, celle[…]

Lire la suite →

Akira Yoshimura, un Hokusai du Verbe

Il y avait longtemps qu’en littérature, je n’avais été me balader du côté du Japon, non que j’ai sacrifié à la mode actuelle qui catastrophe de Fukushima et salon du livre 2012 aidant, est à l’honneur, sinon qu’un de mes amis virtuels sur Facebook, amoureux des femmes, a mis dans sa prolifique galerie de portraits le visage de La jeune[…]

Lire la suite →

Aharon Appelfeld, une mémoire en miettes

La littérature ne doit pas essayer de retranscrire l’histoire mais de révéler la vérité au sein de la vérité. C’est la tension continue entre le particulier et le général qui donne l’œuvre. Le particulier seul ne donne que la mémoire ou l’histoire. Le général seul ne donne que la philosophie ou la sociologie. Seule la confrontation entre les deux permet[…]

Lire la suite →

Judith Gautier, un Ouragan obscur

Photo d’ouverture : Théophile et Judith Gautier Au cimetière de Saint-Énogat, il est une tombe portant une date, 1917, un nom, Judith Gautier et une épitaphe en chinois, La lumière arrive, hommage qui fut, dit-on, rédigé par l’empereur d’Annam. Je me rappelais une autre femme, qui avait croisé sur cette même plage bretonne, George Soulié de Morant, alors qu’il n’était[…]

Lire la suite →

Georges Orwell, un héros de papier

Georges Orwell s’est toujours défini comme un écrivain engagé  : Ce que j’ai le plus ardemment désiré au cours de ces dix dernières années est de faire de l’écriture politique un art à part entière. Ce qui me pousse au travail, c’est toujours le sentiment d’une injustice, et l’idée qu’il faut prendre parti. Quand je décide d’écrire un livre, je[…]

Lire la suite →

Paul Auster, un maître du labyrinthe

Qui cherche la vérité doit être prêt à l’inattendu, car elle est difficile à trouver et, quand on la rencontre, déconcertante. Héraclite Dans mon village, la poste fait aussi office de bibliothèque minimaliste, plutôt symbolique d’ailleurs compte-tenu du nombre réduit de lecteurs et du maigre renouvellement des ouvrages. C’est là que j’ai rencontré Paul Auster.  Entre nous, comme l’on dit[…]

Lire la suite →

Vacheries d’écrivains

Les écrivains dits célèbres et donc jouant la référence passée ou présente,  émettent des telles critiques assassines les uns sur les autres, que l’on se demande pourquoi ils font partie du panthéon de notre littérature… Comme le disait Henry Maret, (1838-1917) dont personne ne se souvient, rien n’est plus bête qu’un critique, si ce n’est parfois un auteur… Angot, Christine[…]

Lire la suite →

Amélie-san

La voix était fluide et posée et n’avait pas ce phrasé heurté, légèrement zozotant que je lui découvrirais plus tard, lors d’un programme télévisé. Elle parlait de Köbe, de son enfance et de sa nourrice japonaise, Nishio-san, sa seconde mère. Il émanait d’elle une telle douceur et une si grande sensibilité, que je l’écoutais sans savoir de qui il s’agissait[…]

Lire la suite →

Tous écrivains ?

Il y eut une époque, pas si lointaine, où le style de l’auteur, sa qualité d’écriture, primait sur le contenu et pouvait en faire pardonner la possible médiocrité, extrêmement rares étant ceux qui à chaque livre, sont capables de génie. Impossible donc de confondre un Céline avec un Dostoïevski ou un Cendrars avec un Camus, une Yourcenar avec Elfriede Jelinek[…]

Lire la suite →