Catéchisme du parfait mouton, André Lorulot (extrait)

André Lorulot, né Georges Roulot, en 1885 (mort en 1963), fut un propagandiste anarchiste individualiste, puis libre penseur. « Anti » tout, il fut un militant sans étiquette. Voici un extrait de l’un de ces ouvrages, qui aborde également d’autres « outils » du mouton comme la religion, l’armée… Il y a parle aussi de la femme… et là André Lorulot tombe facilement dans le mâle esprit moutonnier… quoique on lui prête d’avoir vaillamment défendu le droit des femmes, bien qu’il la présente souvent comme l’incarnation de tous les conservatismes et de l’inertie, étant par essence, plus facilement mouton que l’homme !

Une lecture décapante en ces temps de vindicative compétition électoraliste…

Définition du Parfait Mouton

Êtes-vous un bon mouton ?
– J’ai l’orgueil d’être un Mouton Parfait.

Quels sont les principes du vrai Mouton ?
– Ce sont les principes de la Sainte Trinité Sociale : Je crois  à l’Autorité ; je crois à la Routine ; je crois à l’Imitation.

Sur quoi ces principes sont-ils basés ?
– Ils sont basés sur l’Obéissance et la Soumission.

Comment dirigez-vous votre conduite ?
– J’exécute les ordres qui me sont donnés, sans les discuter ni même les examiner. J’observe pieusement les traditions de mes Ancêtres et les habitudes de mon entourage ; je fais ce qu’on a toujours fait ; je copie ce que font les autres.

Pourquoi le Mouton a-t-il été créé ?
– Pour être tondu. Il ne saurait exister pour le Mouton de satisfaction plus grande que celle qui consiste à être tondu très souvent. Tous les sacrifices et tous les renoncements sont agréables au cœur du Mouton.

Du chef et de l’Autorité

Comment êtes-vous devenu un Parfait Mouton ?
– Je n’ai eu aucun effort à fournir. Il m’a suffit au contraire de m’abandonner avec une complète inertie.

A quoi faut-il s’abandonner ?
– A l’autorité de nos chefs.

Quels sont donc vos chefs ?
– Nous ne les choisissons pas, ils s’imposent.

Pourquoi les laissez-vous donc s’imposer ?
– Parce que nous craignons de faire des efforts et d’engager une lutte, au cours de laquelle nous serions certainement vaincus, puisque nous sommes des Moutons.

Quels sentiments éprouvez-vous à l’égard de vos Chefs ?
– Des sentiments de crainte et d’admiration, parce qu’ils sont plus forts et plus volontaires que nous.

N’avez-vous jamais désiré devenir vous-même un Chef, afin d’exercer le commandement ?
– Je suis un Mouton trop Parfait pour me griser de semblables chimères. Je suis né pour être Mouton et je le resterai.

Vous ne souffrez donc pas de votre situation ?
– Pourquoi en souffrirai-je, puisqu’elle correspond, d’une façon parfaite, à mon état d’esprit, à ma conception de la vie ; je dirai même à mon tempérament physiologique….Un bon Mouton ne doit avoir aucune idée personnelle. Il est même préférable qu’il n’ait pas d’idée du tout…

Le Mouton a-t-il le droit de changer de Chef ?
– Oui, à condition que ce changement lui soit imposé par une contrainte extérieure. En aucun cas, il ne doit se permettre d’en changer lui-même. Si on lui impose un changement d’autorité, il doit se soumettre docilement et se ranger du côté du plus fort. Un bon Mouton doit bêler : « Vive Machin » avec  autant d’entrain que  « Vive le Pape ! » ou « Vive la République », si on lui commande.

Antiquité de l’esprit moutonnier

L’esprit Moutonnier est donc très ancien ?
– Il remonte aux premiers temps de l’Histoire…et même beaucoup plus haut. Nos premiers et très lointains ancêtres étaient déjà des Moutons ! ! L’Homme ne descend donc pas du Singe, mais du Mouton.

Donnez des renseignements à ce sujet
– Les premiers Hommes étaient des Moutons plus parfaits que ceux d’aujourd’hui, car l’esprit moutonnier a malheureusement tendance à s’affaiblir et à perdre du terrain. Le clan primitif n’aurait pu se maintenir si les liens qui unissaient nos sauvages précurseurs n’avaient été solidement cimentés. La tribu vivait dans une discipline sévère ; ses membres obéissaient à un chef implacable, qui possédait sur eux le droit de vie et de mort. Au sein même de la famille, le père avait également le droit de tuer sa femme et ses enfants, lorsque bon lui semblait. La religion de ces hommes, fort voisine encore de la sorcellerie, exerçait sur leurs actions un contrôle de tous les instants. Le moindre manquement, la plus légère violation des règles communes, entraînait le massacre immédiat du réfractaire.

Cet état d’esprit s’est-il perpétué dans les sociétés civilisées ?
– Ce qu’on appelle Civilisation ne peut manquer d’amoindrir la servilité des sujets, car le progrès des connaissances humaines rend l’individu moins facile à domestiquer. Les dirigeants sont obligés de faire davantage de concessions quand les masses sont trop éclairées. Mais notre principe reste inattaquable et l’on y revient toujours : les sociétés les plus autoritaires sont également les plus durables.

De la vie personnelle du Mouton

Êtes-vous heureux ?
– La vie du Mouton est beaucoup plus agréable que ne le supposent les esprits forts. Nous n’avons aucun souci à nous faire. Il nous suffit, comme je vous l’ai déjà dit, d’exécuter les ordres qui nous sont donnés.

Parlez de votre vie personnelle.
– Le Mouton n’a  pas d’autres satisfactions que les satisfactions collectives.

Quelles sont les distractions du bon Mouton ?
– Toutes celles qu’il peut partager avec les autres Moutons. L’Individu ne vaut que par la Société, et n’existe que pour elle. Certains prétendent que l’Individu a le droit de vivre pour lui-même. Il ne faut pas les écouter. Ce sont des personnages subversifs et destructeurs de toute Morale et de toute Civilisation. L’Individu doit vivre uniquement pour la Société. L’esprit moutonnier doit être considéré comme le fondement de toutes nos institutions.

Pensez-vous que l’esprit moutonnier puisse être remplacé par d’autres principes ou par un autre idéal ?
– Cela est impossible. Rien de durable et de grand ne s’est  fait dans le monde que par la Discipline aveugle. L’Individualisme, voilà l’ennemi !

André Lorulot…

Pour en savoir plus, Les Classiques des Sciences Sociales, Université du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer