Sodoma,Frédéric Martel

Sodoma, Frédéric Martel

« Mieux vaut, pour intégrer le Vatican, adhérer à un code, le « code du placard », qui consiste à tolérer l’homosexualité des prêtres et des évêques, à en jouir le cas échéant, mais à la conserver secrète dans tous les cas. », nous dit Frédéric Martel. Soulignons cependant le fait que Sodoma met en évidence que tous les échelons hiérarchiques sont concernés, jusqu’au « saint des saints ».
Voilà la toile de fond de cet ouvrage explosif en apparence, dont la lecture suscite un malaise certain…

Lire la suite →
L'humanité en péril, Virons de bord, toute ! Chronique du livre de Fred Vargas

L’humanité en péril, virons de bord, toute ! Fred Vargas

Fred Vargas vient de publier un livre à vocation pédagogique, d’une lecture assez fastidieuse malgré le ton qui se veut léger sous le contrôle d’un pénible CEI, son Censeur d’écriture intégré. Son titre accrocheur, L’humanité en péril, virons de bord, toute ! nous dit son éditeur, « explore l’avenir de la planète et du monde vivant, souhaite mettre fin à la « désinformation dont nous sommes victimes et enrayer le processus actuel.
Sauver la planète rapporte du pouvoir et la catastrophe mise en mots se tarifie. Les pionniers écolo qui hier prêchaient dans le désert et se faisaient rigoler au nez, quand non jeter en prison, pour dénoncer ce qu’aujourd’hui répètent les Croisés recyclables de l’Etat, doivent s’en étouffer de colère. Comme le disait Elisée Reclus, écologiste avant l’écologie : « On pleurera les poissons, si l’on n’y prend garde ; les glaciers, les torrents, les océans, les nuages seront souillés… Il faut défendre la nature, berceau et oxygène de l’homme ».

Lire la suite →

Surface, Olivier Norek

Et c’est bien dans cette opposition binaire que le bât blesse dans le bouquin de Norek, hormis la conclusion de l’enquête trop prévisible autant que noueuse pour ne pas écorner sa crédibilité. Faire croire que l’humain est justement plus humain à la campagne que dans une ville où tout est noyé dans une masse grouillante stockée dans des cages à lapin, soumise à tous les maux inhérents à l’espace urbain, de la promiscuité à la solitude. C’est faire omission qu’à Avalone, comme dans la grande majorité des petites villes et villages, il y a comme partout sur notre territoire, des clans

Lire la suite →

Léon Sadorski et Romain Slocombe

Se pencher sur notre Hexagone vertueux dès lors qu’il s’agit de brandir la bannière des Droits de l’homme et notre fameuse trilogie illusoire « Liberté, Egalité, Fraternité », tout en priant nos sillons d’abreuver le sang impur du tiers-état et de la chair à canon, concept hautement raciste et masochiste, cela, on sait le faire. Tellement opportunément que l’on finit par avoir[…]

Lire la suite →

Cache-Cash Mortel, Hubert Letiers

Dans une société où les slogans, tel « libérer la parole », font fureur chez les foules encagées, où les lanceurs d’alerte se retrouvent en taule ou au chômage et où les journalistes trempent leur plume dans les brouets de la soumission écrite et télévisuelle, il devient difficile de faire circuler des idées et des observations hors-pistes. Avant qu’on nous rejoue Fahrenheit[…]

Lire la suite →

Le sel ! dit Angot. Tiens voilà ! répond Nothomb

Ou le dépouillement des sentiments   Angot, Nothomb… même combat ! Chacune à fourailler avec le mot juste. Selon elles. L’une affirme qu’elle reste des heures durant en un face à face épuisant avec la solitude d’un seul mot, l’autre que neuf mois de gestation lui sont indispensables pour atteindre la perfection du verbe. La littérature y gagne-t-elle des galons ? Non.[…]

Lire la suite →

My Absolute Darling, Gabriel Tallent

Julia, Turtle et Croquette… Trois prénoms pour un même personnage, une jeune fille en apparence paumée, à l’enfance autarcique et piétinée par un père charismatique et complètement dézingué. Julia est son prénom d’état-civil, choisi par un binôme parental que la mort a sabré. La mère est morte. Disparition ambiguë puisque l’on ne sait si elle se doit à un accident[…]

Lire la suite →
Entre deux mondes,Olivier Norek,la Jungle,Calais,Michel Lafon

Entre deux mondes, Olivier Norek

Là-bas, ça pue le sang, les coups, la torture, le meurtre, le viol, la putréfaction des corps abandonnés à même le sol. Une terreur cataleptique fait de vous une victime, un bourreau ou encore un collaborateur. Les machettes anatomisent, les balles déchiquètent, les bombes pulvérisent. La folie porte le masque de la mort. Ici, ça pue la pisse, la merde,[…]

Lire la suite →