La Part du Mort de Yasmina Khadra

de Yasmina Khadra La part du mort (2004) ferme la trilogie pseudo policière (Morituri, Double Blanc et L’automne des chimères) écrite par Mohammed Moulessehoul, officier de l’Armée de terre algérienne, affecté à une unité d’élite dans la guerre contre le terrorisme fondamentaliste et écrivain, aujourd’hui mondialement connu sous le nom de Yasmina Khadra. C’est sous cette double identité qu’il prêta sa voix et sa[…]

Lire la suite →

Point Oméga, DonDeLillo

C’est une histoire bizarre, une histoire qui ne s’écoule pas, qui ennuie même. Il semble qu’il ne se passe rien, du moins rien de ce que l’on attend habituellement d’un univers romanesque. Pas d’intrigue, pas de héros. Juste le temps qui s’englue autour de trois êtres humains, acteurs et spectateurs du temps qui passe sans que rien ne s’y inscrive.[…]

Lire la suite →

Monsieur Sapiro, de Benny Barbash

La fameuse histoire de Tchouang Tseu qui ne sait s’il rêve qu’il est un papillon ou si c’est le papillon qui rêve qu’il est Tchouang Tseu, illustre fort bien la thématique de Monsieur Sapiro, de Benny Barbash. Miki, publicitaire sur le déclin, homme sans envergure, ennuyeux et trouillard aimerait être quelqu’un d’autre, quelqu’un dont la vie ne serait pas faite[…]

Lire la suite →

Les pisses-chroniques me désolent…

La littérature actuelle, et je ne me tiendrais qu’à celle de mon pays, souffre de troubles neuronaux. Elle est pâle, anorexique, frileuse, sans force pour la porter, déboussolée par l’abîme qui se creuse en elle et devant elle, entre ce qu’elle peut penser et ne pas dire, dire et ne pas penser, ressentir et exciser, bref tous ces éléments subtils[…]

Lire la suite →