Vous me cassez les C…onsonnes !

La Hollande, c’est trop bourgeois, bourgeois à faire mal au cœur.
C’est un pays où l’on peint les arbres en vert, où on les taille en boules,en clochers,
en singes, en poissons, en éléphants ;
un pays où une femme se croit bien mise,
quand elle porte sur sa personne tout l’étalage d’un bijoutier.

Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833.

 

La disparition des espèces, qu’elle soit inéluctable ou programmée, ne concerne pas uniquement le domaine du vivant mais aussi celui plus prosaïque du langage populaire. Certains mots sont même élevés actuellement dans la novlangue socialiste hexagonale aux niveaux orange ou rouge selon leur inconvenance idéologique. C’est ainsi que le chômeur s’est vu poussé dehors, entre voyelles et consonnes, au profit du sans emploi.Perdant son statut de demandeur dudit emploi, et titillé le sens positif de son alarmante précarité, il est monté dans l’ascenseur social, pour grimper jusqu’à l’échelon de chercheur d’emploi. Ce dernier, soumis à un redressement productif, se voit proposer dans un souci d’ouverture et de rassemblement, des postes dont le seul changement remarquable n’est pas dans le salaire, sinon dans l’appellation contrôlée. L’ordre économique a sans doute besoin de renouvèlement grammairien pour illustrer la maigreur de sa croissance. C’est ainsi que l’animateur culturel est devenu agent de développement de la culture en milieu rural, urbain, voire défavorisé. Balayés les mots servante, femme de ménage ou d’entretien qui avaient réduits en poussière ceux plus poétiques de cambrouse, de cambreline ou encore de lapin de corridor et de baron du plumeau. Les voilà tous chapeautés par un seul vocable non discriminant quant au genre : aide familiale. La caissière ou la réceptionniste, qu’elle soit facturière ou guichetière, se décline désormais en hôtesse de caisse ou d’accueil. Bien que l’époque soit à la mutation, à la mobilité et à la flexibilité, quand notre hôtesse se rapproche d’un bar, l’alerte grammaticale vire pourtant au rouge. La voilà taxée de travailleuse du sexe, soupçonnée de faire son persil au détriment du fisc, pendant que d’autres, jouant de leur réseau social, ancrent leurs bourses dans des paradis banksters. Et puisque nous parlons de verdure et d’oseille, la couronne d’épines plutôt que de lauriers revient à celui qui fut hier un vilain, un pétrousse, un pégot, un pallot, un campluchard, un garnafier, un peloux, bref un rural ou encore un paysan. En voie d’extinction planifiée, hier encore il était agriculteur, luttant motte à motte contre l’ingratitude de nos appétits discount de consommateurs. A l’instar des pêcheurs, ces chevaliers de Saint-Pierre et autres vieilles-mains, et des mineurs, ces gueules noires dont la plupart n’ont d’autres souvenirs que la fermeture de leurs boyettes et la silicose qui ronge leurs poumons, le voici aujourd’hui manager du secteur primaire, tellement primaire que la joyeuse saison des quatre jeudis ne se réduit plus qu’à une morne saison de vaches maigres jetées en pâture, plutôt que mises en herbage, aux nouveaux capitaines d’industrie qui auront tout loisir de quitter le bateau d’un saut de parachute doré, quand écoper le navire ne suffira plus à combler les déficits. Tous ces nouvellement rebaptisés viennent ainsi rejoindre la masse anonyme des collaborateurs, ex-travailleurs, ce capital humain participatif, dont il n’est jamais envisageable qu’il soit inépuisable en ressources. Pour déjouer cette obsolescence inéluctable, parmi les multiples comités Théodules élyséens ou commissions consultatives, l’observatoire des contreparties exhorte entrepreneurs et populace à ne plus se lancer dans des projets pharaoniques, sinon à produire des possibles. Mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Nous voici baptisés consom’acteur et soumis au pacte de responsabilité, sommés de bâtir du commun et de faire France. Et si d’aventure, nous sentons que la déprime nous guette, qu’il nous est intolérable de constater que la confiance ne se restaure pas ou encore que la courbe du chômage ne s’inverse pas bien qu’elle soit à deux doigts d’y parvenir, nous pourrons faire appel aux acteurs du changement évolutif de la personne en difficulté sociale, hier infirmier et soignant en psychiatrie. La cure d’austérité n’engendrant nullement la pénurie dans le remaniement langagier de nos élites, ils s’engagent joyeusement dans la voie du privé. Désormais, la femme ne sera plus enceinte, ni embarrassée. Non, elle n’aura pas laissée la cuillère dans la tasse ni ne bâtira sur le devant. Non désormais elle est et sera en état de grossesse médicalement constaté et à son chevet, en lieu et place du médecin bienveillant, se tiendront des acteurs impliqués dans la conception du futur citoyen, relayés d’autres artistes de la grammaire subliminale ayant pour délicate mission de déconstruire dès notre premier souffle les stéréotypes de genre, sans même être traversés par l’évidence qu’ils en construiront d’autres – pire ou meilleurs, va savoir – afin de participer sainement aux dynamiques plurielles de la société.

Mon père se serait sûrement exclamé, fidèle en cela à son expression favorite : « je m’en tamponne le coquillard ». Mon grand-père, plus méridional, aurait opiné que tout cela n’était que des « couillonnades de grands couillons ». En poussant jusqu’au XIX° siècle dans la généalogie familiale qui au vu de ses origines paysanne et ouvrière aurait « entravé que pouic » à cette linguistique revisitée par nos top chefs politiciens, il s’en serait certainement trouvé un, fromager faubourien de son état, pour lancer à la cantonade, un tonitruant : « ne vous cassez pas la tête, les gars. Tout ça, c’est de la boussole de refroidi ! », un bien joli nom pour le fromage de Hollande.

 

Œuvre du peintre Bansky
Œuvre du peintre Bansky
© L’Ombre du Regard Ed., Mélanie Talcott  -10 février 2o14
Aucune reproduction, même partielle, autres que celles prévues à l’article L 122-5
du code de la propriété intellectuelle, ne peut être faite de l’ensemble de ce site sans l’autorisation expresse de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *