Je suis venue vous dire, de Marie Fontaine

On imagine l’auteur de ce recueil de nouvelles où l’imaginaire est plaqué au réel, penché à sa table de travail, cherchant le mot juste, en pesant toutes les possibilités, en ciselant l’ouvrage, les ajustant l’un après l’autre et l’un dans l’autre pour constituer ce puzzle littéraire et habiller chaque nouvelle, de l’atmosphère parti-culière qui l’imprègne. Un travail précis d’artisan, méticuleux et perfectionniste, qui doit laisser le maître d’œuvre, toujours quelque peu insatisfait. Un travail de jeunesse, vous dira Marie, pour s’excuser de ces quelques maladresses stylistiques qu’on lui pardonne pourtant aisément.

Chaque nouvelle est un univers, mais chacune est reliée à l’autre par le même fil douloureux d’êtres, en général adolescents ou jeunes adultes, en proie aux balbutiements de leur vie. Ils se cherchent, ne se trouvent pas toujours et parfois, quand ils se trouvent, ils le paient d’une façon ou d’une autre de leur vie et souvent le désenchantement est au-rendez-vous.

De l’autre côté du miroir, Sur le fil, Décalage, Crépuscule, Origine et Récits hors du temps constituent l’armature de l’ensemble, sur laquelle vient s’attacher chacun de ces contes, ancrés tout à tour dans le fantastique, l’invraisemblable, le surnaturel, le symbolique, la réalité et l’illusion. La brièveté des récits en appuie l’efficacité et curieusement, leur dénouement explicite offre néanmoins au lecteur la possibilité d’une autre interprétation, les personnages continuant à vivre d’un côté ou de l’autre du miroir qu’ils nous tendent.

J’ai particulièrement aimé Smokey Moutains, Il suffirait d’un pas, Sous les jupes noires, Setsuko mon amour, La Valise, L’herbe d’égarement, Une femme sur un banc, Ma Mère et Chambre 116. Seul bémol à ce recueil de qualité, Armistice de la guerre des porcs, dont la cruauté, la violence frisant au morbide, est en décalage avec les autres nouvelles, toutes empreintes d’une mélancolie certaine et d’une ironie subtile, parfois grinçante, voire teintée de cynisme, mais qui respirent toutes une belle empathie envers l’Humain.

Je suis venue vous dire, de Marie Fontaine (Blackfountain)
2010 – ISBN : 978-2-9538437-0-5
Blog  de Marie Fontaine : Ici

et sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *